Pariez-gagnant, l’émission de sport et du
pari sportif P-Y :
Bonjour à tous et bienvenue dans Pariez-gagnant, une émission sur le web et à la radio, une
émission tout simplement dédiée au pari sportif. Pour réaliser cette émission il faut bien
sûr des experts et j’ai en ma compagnie… …Et je commence déjà à bafouiller ! Ce
n’est pas grave, ce sont les joies du direct, même si nous ne sommes pas en direct ! B :
Tout à fait P-Y :
– Alors j’ai en ma compagnie Benoît Tréanton que vous connaissez bien entendu grâce au
site Pariez-gagnant. Bonjour Benoît ! B :
Bonjour à tous et à toutes ! P-Y :
Tu continueras à nous apporter ton analyse et ton expertise B :
Tout à fait, on va essayer. P-Y :
Il va nous en falloir B :
C’est clair ! P-Y :
Et puis on aura un autre spécialiste aussi en notre compagnie : Damien. Bonjour Damien ! D :
Salut à tous ! P-Y :
Damien est passé par le centre de formation du Stade Malherbe de Caen
et il accompagne aujourd’hui les sportifs, sur le plan médiatique notamment. Il connaît bien entendu parfaitement le monde
du sport. Ça te va comme biographie ? D :
C’est parfait ! On ne pouvait pas faire mieux. P-Y :
Tant qu’on en est à la biographie, on fait l’épitaphe où on attend ? B :
L’épitaphe, au scrabble… P-Y :
Vous chercherez dans un dictionnaire ! On voit que c’est une émission sur le sport,
hein ! B :
Eh, on lit L’Équipe, nous ! D :
Vas y, fais l’épitaphe, alors P-Y :
Laisse tomber ! Le gros dossier au programme de l’émission
de cette semaine : On passe au crible la prochaine journée de ligue 1. On verra comment ne pas faire de bêtises
ou de grosse erreur sur cette journée. En plus cette journée est un vendredi 13
! B :
C’est une journée chance ou malchance c’est ça ? P-Y :
C’est ça, oui. Il y a des gens qui font des trucs fous juste
parce que c’est le vendredi 13 en matière de paris sportifs ? B :
Ça doit arriver. Personnellement je n’en connais pas mais ça
doit arriver, ça c’est sûr. Avec un super match quand même ce vendredi
13 : un petit Lyon- Monaco pour repartir de l’avant après la trêve internationale. D :
Ça fait du bien P-Y :
Après notre gros dossier sur la journée de Ligue 1. Et puis on passera à quelque chose d’exotique. Cela va aussi être le principe de cette émission
: découvrir des sports auxquels ont ne pense pas naturellement mais sur lesquels il est
possible de parier. B :
Tout à fait oui, c’est ça. P-Y :
Et donc on va parler de hand féminin et de Ligue des Champions B :
On est d’accord P-Y :
Le choix de ce sujet est un petit peu biaisé car cette émission est réalisée à proximité
de Brest. Et nous avons donc de quoi alimenter ce sujet
puisque l’équipe Brestoise, le Brest Bretagne Handball, est engagé dans cette compétition. B :
Donc on pourra en parler parce qu’on les voit jouer ! P-Y :
Oui voilà. Et puis, en fin d’émission, tu nous coaches
? B :
Voilà. On va essayer de faire un; peu comme on faisait
avec Nathan l’année dernière pour ceux qui suivaient l’émission de radio. Comme vous le voyez, c’est maintenant de la
radio mais aussi télévisuel, je crois qu’on dit comme cela !
On essaye d’améliorer un peu les choses donc n’hésitez pas à poster vos commentaires. On va essayer de s’améliorer d’émission
en émission. P-Y :
On avait dit que c’était moi qui disais cela à la fin ! B :
Mais tu le rediras à la fin P-Y :
Ah d’accord, c’était prévu ! B :
Oui. C’est important d’avoir des retours quand
même. On fait aussi l’émission pour les parieurs. Et il faut nous dire ce qui va et ce qui ne
va pas. On fera donc un petit coaching avec Damien
et avec Pierre-Yves. Je vous ai demandé de repérer des paris. On verra bien ce que vous nous avez trouvé. D :
Exactement P-Y :
Il y a de belles choses sur cette journée quand même. Il y a du classico… enfin du classico local. B :
Local P-Y :
Voilà ! Avant le vrai, plus tard. B :
Et tu as renommé ce match d’ailleurs, mais on verra ça tout à l’heure. P-Y :
On y va ? On attaque ? B :
Allez, on enchaîne. P-Y :
c’est parti avec le gros dossier : cette journée de ligue 1. L’idée, c’est qu’on fasse un petit tour de
la journée B :
On va faire ça, Damien tu es d’accord ? D : Je suis d’accord. P-Y :
et essayer d’éviter de tomber dans des gros pièges, c’est ça l’idée ? B :
Voilà. Comme pour toute journée de Ligue 1, il y
a des matchs à éviter en tant que parieur. Et des matchs sur lesquels aller. Voilà, si l’un de vous deux veut décrire
le premier match, Lyon-Monaco P-Y :
On fait le contexte peut-être ? B :
Oui P-Y :
Parce que là il y a plein de choses : Retour de trêve internationale B :
Donc attention, les warnings sont au rouge. Parce que lors de la reprise d’un championnat
après des matches internationaux, il y a des choses auxquelles il faut faire attention…
Je vous en donne deux ou trois : Toutes les grosses équipes ont généralement
pas mal d’internationaux qui sont donc partis jouer dans leur pays. Cela peut être l’Amérique du Sud, comme
pour Neymar ou Cavani, déjà deux joueurs du PSG. À Monaco, Falcao est parti aussi en Colombie. C’est pour cela qu’on dit généralement qu’au
retour d’une trêve internationale, les petits clubs ou les clubs moyens sont un petit peu
avantagés. Eux ont pu travailler pendant 10 ou 15 jours,
ils ont eu du repos… Damien, toi qui jouais à Caen, tu es d’accord avec ça ? D :
J’avoue que comme c’était en Ligue 2, il n’y avait pas beaucoup de joueurs qui jouaient
en période de trêve internationale. Mais c’est vrai qu’en général, on sentait
que les joueurs qui revenaient de voyage avaient un petit peu de mal à démarrer leur match. Et ça concordait avec les performances des
équipes qui ont du mal à démarrer. Donc si tu es à domicile et que tu es capable
de marquer des buts, ça fait du bien. B :
On est d’accord. Il y a donc ça auquel il faut faire attention. Ça peut rééquilibrer aussi les forces,
donc c’est un gros point. Il y a aussi ce qu’on appelle le “Jet Lag”. Quand vous revenez d’Amérique du Sud, il
y a le décalage horaire. Après, ça ne concerne pas vraiment de joueurs
en France, mais pour tous les joueurs qui jouent en Océanie – il y en a dans des
équipes anglaises –, il faut revenir aussi ! Il faut se taper le voyage dans l’autre
sens ! Donc voilà, il faut faire faire attention
à tout ça. Quand vous avez un peu d’expérience, vous
détectez tous ces joueurs-là. En ligue 1, Monaco en a, le PSG aussi… D :
Lyon B :
Marseille… Je réfléchis à ceux qui ont joué en Amérique du Sud… Il y avait des
français qui ont joué en Équipe de France, mais… D :
Gustavo B :
Oui, mais Je ne sais pas s’il était dans l’équipe du Brésil. En tout cas, il faut noter tous ces joueurs
et faire attention quand vous faites une analyse parce que ça joue forcément sur une prise
de pari P-Y :
Et puis on rajoute à ça qu’il y a une journée de Champions League dans quelques jours !
Certains organismes vont être carrément rincés. C’est une période compliquée. B :
C’est ça. On en parlera dans la prochaine émission
justement. Il y aura eu en plus à ce moment la journée
de championnat qui vient et la journée de Champions League. Généralement, enchaîner trois matches en
8 ou 9 jours, ça peut commencer à tirer. P-Y :
Avec les voyages et avec des conditions… Pour peu que tu joues en altitude, comme en
Bolivie à 2100 mètres d’altitude ou un truc comme ça… B :
Vous avez vu les photos des Brésiliens avec des masques pour respirer ? C’est important. D’ailleurs ils n’ont fait que match nul en
Bolivie je crois. D :
Oui, mais ils n’avaient plus grand-chose à jouer… B :
C’est clair, ils étaient déjà qualifiés. On donne la liste des matchs ? P-Y :
Oui, on fait un petit tour. Alors on a Lyon-Monaco vendredi en ouverture B :
C’est typique pour ce genre de match : les cotes sont autour de (je dis autour parce
que cela varie selon les bookmakers) 2,40, 3,75 et 2,80. En gros c’est quasiment un match où n’importe
lequel des résultats a à peu près la même probabilité. Les puristes diront que non, ça ne fait pas
exactement 33% pour chaque résultat, mais en gros c’est quand même un match où Monaco
peut gagner, où Lyon peut gagner, où il peut y avoir match nul. C’est typiquement le genre de match que moi
j’évite D :
– Moi aussi P-Y
Quand tu as des cotes trop élevées ? B :
Non, trop proches. Quand tu as à peu près 30% de probabilités
pour chaque pari de se réaliser. C’est typiquement les choses que moi j’évite. D :
Et puis il y a beaucoup d’internationaux dans les deux équipes, ce sont des équipes qui
sont pour l’instant Irrégulières donc c’est chaud ! B :
Ça j’évite. Donc voilà, le vendredi 13, vous oubliez,
vous n’allez pas jouer sur la Ligue 1. Ça répond à ta question de tout à l’heure
Pierre-Yves. On passe au samedi. P-Y
Le samedi on a un Dijon-PSG… B :
Match très déséquilibré. On a du PSG autour de 1,10…
Il y a toujours la question autour des internationaux : Neymar, Cavani, Mbappé, Di Maria…
… de toute façon, ils sont tous internationaux… Il y a qui encore ? D :
– Pastore… B :
ils sont tous internationaux… d’ailleurs Thiago Silva est out. P-Y :
Mais on aura un Layvin Kurzawa de feu ! B :
Il est reposé, c’est ça que tu veux dire ? P-Y :
C’est juste un constat B :
Kurzawa, il n’est pas blessé ? D :
Si, il est blessé B :
C’est pour ça qu’on a vu un bon – enfin un “pas mauvais” – Lucas Digne à sa place. Mais on n’est pas très pourvu en défenseurs
latéraux en France… D :
Digne a joué deux fois plus en deux jours que depuis le début de la saison B :
C’est ça ! Vivement que Mendy revienne de sa grosse blessure, ce sera intéressant. P-Y :
Bernard ? B :
Non, pas Bernard, Benjamin. Nostalgie, Stade Brestois, quand tu nous tiens… P-Y :
Et le Stade Malherbe aussi ! D :
Exactement, il a joué avec moi. B :
Donc là, Dijon-PSG, à moins peut-être de prendre PSG avec un handicap…mais même,
c’est compliqué… Même si Dijon ne sont pas des foudres de guerre, on ne sait pas
après une trêve internationale. En plus, au moment de l’émission, on ne connaît
pas les équipes, donc il faut faire attention. Après on a un match qui te concerne Damien D :
Oui, Caen-Angers. B :
Alors ? D :
Pour moi, ce sont deux équipes très proches. Caen a la meilleure défense du championnat,
d’accord, mais… B :
Ça fait bizarre de dire ça ! D :
Oui ! P-Y :
Je me rappelle une année où on disait : “Brest premier en Ligue 1”, alors… D :
Après Angers est une équipe où un coup ça va, un coup ça va pas. Je pense que c’est un match piège et à éviter
aussi. Les deux équipes sont trop proches et Caen
n’est jamais constant sur la durée… B :
plutôt pour faire des exploits D :
Oui. Et en général après une coupure, ces équipes
là ont eu du mal à redémarrer. Donc je ne sais pas du tout quoi jouer sur
ce match-là. B :
Au niveau des cotes, ça se ressent : c’est du 2,50, du 3,3, du 3,1. Encore du 33% quasiment, donc on évite. On passe au suivant avec un Guingamp-Rennes. Là ça concerne la région. Tu appelles ça comment Pierre-Yves ? P-Y :
Le “Biniouco” ou le “Crépico” ! D :
Fais toi plaisir… B :
On va déposer le nom ! Guingamp est légèrement favori pour les
bookmakers, avec un peu moins de 50% de probabilités de gagner le match et une cote autour de 2,10. Le match nul est à 3,4 et Rennes à 3,7
Ils ont beau mettre Guingamp légèrement favori… Rennes, c’est illisible ! Ils sont
allé battre Marseille et puis : quelqu’un sait comment joue Rennes ? D :
Non. P-Y :
On y reviendra B :
Ah oui, on y reviendra car ça va faire partie d’une analyse de Pierre-Yves. P-Y :
Et une analyse de très haute volée ! D :
On a dit: pas de spoil ! P-Y :
C’est juste un teaser, je ne spoile pas. Et puis ce sera tout le contraire, ce sera
de l’analyse de débutant. Je suis là pour ça en même temps, je suis
le cobaye B :
On va passer à la “Baby Team” de Bielsa. C’est quand même l’équipe la plus jeune,
celle qui comprend la moyenne d’âge la plus basse d’Europe. Cela explique peut-être un peu ces résultats,
parce qu’il faut que la mayonnaise prenne. Là, il aura eu le temps de travailler donc
qu’est ce que ça va donner ? Honnêtement, j’attends de voir, c’est contre
Troyes…. D :
On a attendu pendant 2 ans à Marseille aussi… B :
On va voir ce qu’il a réussi à faire pendant ces deux semaines. Mais honnêtement, Lille et Troyes…
Certains diraient qu’on peut prendre Troyes avec un handicap +1 ou +2 parce que Lille
a du mal et tout, mais on ne sait pas. Au premier match, Lille a battu Nantes 3-0. Nantes qui est aujourd’hui quatrième du championnat. D :
C’est ça. B :
Ça fait bizarre de dire ça aussi. D :
Ranieri B :
Ranieri, voilà. Ça me rappelle les Patrice Loko, Ouédec…
D : Pedros B :
Le vintage, c’est la partie de Pierre-Yves. Mais ce match, j’éviterai aussi P-Y :
Reynald Pedros… oh, pardon ! c’est terminé la séquence nostalgie D :
Je l’avais déjà dit P-Y :
Tu l’avais dit ? B :
Il l’avait dit P-Y :
David Marraud ! D :
OK, on te le laisse celui-là. B :
Saint-Etienne-Metz. Saint-Etienne est le gros favoris pour les
bookmakers, autour de 1,50, le match nul est à 4,30 et Metz autour de 6,5 – 7. Là, c’est sûr que sur le papier, quand on
regarde les classements, Saint-Etienne est favori. Mais je trouve que Metz n’a pas vraiment eu
de chance, surtout sur le dernier match d’ailleurs. Roux tire un pénalty, il marque, donc Metz
égalise et peut prendre un point. Mais c’est à retirer et il loupe… D :
Avec un carton rouge injustifié aussi, on peut le dire. B :
Donc attention, Metz peut donner du fil à retordre à Saint-Etienne. Ce n’est pas gagné pour Saint-Etienne. Donc personnellement j’éviterai aussi ce
match. J’ai trouvé deux matchs pour lesquels je
ferai une analyse un peu plus poussée mais là, ce n’est pas un match que j’arrive à
lire. Je n’arrive pas à lire ce qu’il peut se passer…
Saint-Etienne à 1,50, pour moi c’est trop bas de toute façon donc je vois pas de value. La value, pour ceux qui n’ont pas suivi les
émissions précédentes, est une cote que vous estimez mal placée par les bookmakers. Vous pouvez donc la prendre parce qu’elle
a une probabilité plus importante de passer que ce que donnerait les bookmakers. Là, ce n’est pas une value. Si c’était moi, je ne mettrais pas du 1,50
mais plutôt du 1,70 ou 1,75, quelque chose comme ça. D :
Au moins. B :
On passe à Toulouse-Amiens. Amiens ne se débrouille pas trop mal. Je les voyais plutôt dans la charrette mais
ils n’y sont pas pour l’instant P-Y :
Avec un match en moins B :
Oui, du coup il faut voir. C’est contre Lille d’ailleurs. Ce match Toulouse-Amiens, c’est typiquement
la configuration que j’aime bien avec un Toulouse autour de 1,80 – 1,90. Et généralement, quand c’est comme cela
à domicile, j’aime bien prendre le draw no bet, le match nul remboursé. Forcément la cote est plus basse mais pour
moi c’est toujours plus “secure” de prendre un pari comme ça. En foot, la victoire sèche…vous savez très
bien que vous pouvez avoir 10 ou 15 occasions et quand même faire un pauvre match nul. D :
À combien est la cote ? B :
1,30. P-Y
Je t’interromps Benoît mais il faut que tu expliques aux auditeurs, aux nouveaux arrivants,
ce qu’est un match nul remboursé. Ce n’est pas nécessaire de faire de la pédagogie
encore et encore mais fais le quand même. B :
Mais si, on est là pour ça. Un match nul remboursé en fait, on parie
sur la victoire et s’il y a match nul, votre mise est remboursée. Donc forcément la cote est plus basse
Schématiquement, pour calculer ça rapidement : si la cote de l’ équipe à domicile est
à 1,90, la cote en draw no bet (le nom du match nul remboursé en anglais) est autour
de 1,30 – 1,35. Ce qui n’est pas mal. Si l’équipe gagne, vous gagnez avec une cote
de 1,35. Et s’il y a match nul, votre mise vous est
remboursée. Par contre, si l’autre équipe gagne vous
perdez. Voilà. Ça peut éviter des sorties de route de temps
en temps. Pour ce Toulouse-Amiens ça pourrait être
bon mais je ne le prends pas parce que je me méfie aussi d’Amiens. Ils ont un entraîneur qui fait quand même
des miracles D :
Oui. Il embête bien les équipes. Et puis ils ont été malchanceux je trouve
pendant ces deux derniers matchs. Il y a eu plusieurs faits de matchs qui se
sont retournés contre eux. Ce qui fait que les résultats ne sont pas
là, mais… B :
Ils peuvent ramener un point de Toulouse, ça ne m’étonnerait pas. D :
Pas du tout. Parce que Toulouse c’est un coup bien, un
coup très mauvais. B :
C’est ça. Les équipes en championnat de France sont
un peu sur courant alternatif. Je garde Bordeaux-Nantes pour tout à l’heure
Je ferai une analyse dessus P-Y :
L’Atlantico ! Un autre “co” B :
Il n’y a pas quelque chose de ce nom pour le beaujolais ? P-Y :
Je ne suis pas assez spécialiste du pinard… B :
Oui, toi c’est la bière ! P-Y :
Où ça ? Tu as vu un “Bièrico” ? Mais ça c’est en Allemagne. B :
C’est clair ! Allez, on passe à la suite :
Montpellier-Nice, je laisserai Damien en parler Strasbourg-Marseille, le match du dimanche
soir… Marseille avait des internationaux qui reviennent
même s’ils n’ont pas forcément beaucoup joué. Strasbourg va bien se réveiller aussi un
moment donné à la Meinau. Ils ont quand même fini premier de Ligue
2 l’année dernière. Ils ont un peu de mal à démarrer mais je
vois un match assez serré entre Strasbourg et Marseille. Donc je ne vais pas non plus m’aventurer sur
une analyse de ce pari là Voila un pour la journée qui arrive mais
je le répète : attention, il y a eu une trêve internationale
P-Y : On clôt cette partie Ligue 1 ? P-Y :
On va passer maintenant à notre partie : “Découvrons un sport avec Benoît et Damien” B :
Damien connaît bien, il est au cœur de la machine P-Y :
On va parler de Ligue des Champions en handball féminin avec le Brest Bretagne Handball. C’est la deuxième équipe française avec
Metz qui est engagée dans cette compétition. Je suis débutant en la matière (ce qui est
le cas) : comment je prends en compte cette compétition ?
Y a-t-il des pays vers lesquels il va falloir que je me tourne ?
Quels sont les pays de hand féminin ? B :
Damien, je te laisse répondre D :
Je vais pas parler de pays mais des clubs parce que les pays P-Y :
ah oui, on est nul en géographie, ça commence bien ! D :
Oui c’est ça ! Non, mais pour moi il y a quatre équipes de toute façon qui sont au
dessus du lot : Győri, le CSM Bucarest, Vardar et Rostov que Brest a rencontré d’ailleurs
ce week-end. Ces quatre là sont les gros favoris. Après, le niveau est assez nivelé entre
les autres et tout peut arriver. P-Y :
Donc il faut plutôt aller voir de ce côté là pour une victoire finale ? D :
On a quatre gros favoris et je serais surpris que ce soit quelqu’un autre P-Y :
Sur une compétition comme cela, Benoît, tu ne fait que du long terme, tu ne vas pas
t’amuser à faire des petits paris ? B :
Moi à titre perso, je me suis fait plaisir parce que je pense qu’elles ont une marge
de Progression et j’ai pris Brest vainqueur de
la Ligue des champions à une cote de 126. D :
Je l’ai pris à 151. B :
On va me dire que j’ai perdu mon argent mais je suis abonné et en voyant Brest jouer,
je pense que si elle passe les poules en ligue des champions ce qui est compliqué parce
qu’il faut finir dans les trois premiers sur quatre et qu’elles sont avec les championnes
d’Europe Győri, les championne de Russie et gagnantes de la petite coupe d’Europe l’année
dernière, Rostov et les championnes du Danemark, le FC Midtjylland… P-Y :
On fait de la prononciation danoise, ce qui peut toujours servir. B :
On ne sait jamais. Sachant qu’il y a aussi un club de foot du
même nom. Donc déjà sortir de la première phase de
poules serait très bien mais après, suivent d’autres poules. Et Allison Pineau doit revenir en janvier-février,
ce qui apporterait un gros plus. P-Y :
C’est pas pour se la péter mais on a quand même un super effectif Les postes ont été doublés, il y a du budget
forcément. Le souhait du président est de gagner la
Ligue des Champions d’ici deux ou trois ans. D :
D’être dans le Top 4 au moins. B :
Moi j’ai pris ce pari parce que je me suis dit : pourquoi ne feraient-elles pas des perfs
dès cette année et est peut-être arriver en Final Four, ce qui serait un énorme exploit. Alors la cote à 126 ou 151 ne sera déjà
plus qu’à 10 ou quelque chose comme ça. Donc il y aura moyen d’arbitrer et de faire
des choses. L’arbitrage dans les paris sportifs, ça consiste
à prendre les autres équipes pour essayer de potentialiser la grosse cote que vous avez
pris au départ et essayer de gagner de l’argent quoi qu’il arrive. Je vous la fais un peu un peu courte mais
voilà ce que cela veut dire. Elles n’ont perdu le premier match que de
2 buts à Rostov. D :
C’était un super match. Il faut dire que Rostov n’est pas pour l’instant
non plus en pleine bourre et on des résultats en dents de scie. En tout cas, ce n’est jamais facile de gagner
à Rostov, c’est même très dur. L’année dernière, elles les ont rencontrés
en quarts de finale de la Coupe EHF et ça a été un tout autre scénario. Brest s’était fait complètement démolir,
en tout cas physiquement. Là on a trouvé une équipe courageuse, avec
une Cléopâtre Darleux extraordinaire, franchement. Ça a été un super match. B :
40% d’arrêts. Au handball, c’est énorme. D :
C’est un match qui va servir beaucoup pour le reste de la compétition P-Y :
Je crois que vous essayez de refourguer des abonnements pour que les gens aillent voir
du handball à la Brest Arena. D :
Il n’y a plus de places. D :
Déjà, il n’y a plus de places. Donc pour l’année prochaine si tu veux. P-Y :
Mais bon, ça vaut le coup de parier sur du hand féminin ? C’est quelque chose d’assez
interprétable ? B :
Le sport féminin, ça va faire partie un peu des sports de niche. Qui dit sport de niche pour un parieur un
peu pro, il y a moyen gratter des choses de gagner des choses parce que tu peux aller
prendre de l’info et tout. Là par exemple elles jouent à Toulon Elles
font tourner mais aujourd’hui elles ont un effectif qui leur permet de faire tourner
puisque les postes sont doublés. Car elles rencontrent Győri le champion d’Europe
en titre dimanche. Et on y sera. P-Y :
Allez, on se dépêche. Continue mais dépêche-toi ! B :
Mais j’y vais, j’y vais ! P-Y :
Il faut qu’on fasse du coaching aussi B :
La cote de Brest contre Toulon était sortie à 1,50. Brest n’a pas encore perdu cette année…
Ça peut être ça peut être intéressant. Pour ceux qui connaissent vraiment bien le
hand féminin il y a moyen d’aller chercher de l’argent là-dessus. D :
Et un truc sympa que j’ai vu pour la Ligue des Champions pour Zebet. C’est important parce que tu as la méthode
du cash out. C’est une méthode où tu peux retirer ton
pari B :
C’est ça. En gros, tu peux revendre ton pari D :
Voilà. C’est est disponible pour la Ligue des Champions. Par exemple la cote de Brest pour le match
de dimanche contre Győri est à 6,25. Mais si tu vois que ça ne passe pas, tu l’enlèves. Par contre si tu gagnes ta cote à 6,25, tu
es content. P-Y :
Là c’est du 4e dan de Pariez-gagnant. B :
4e dan de Pariez-gagnant ! Après, c’est en avant-match aussi. Si tu vois qu’il ya des blessés, tu la revends. Mais le cash out, on en reparlera dans une
autre émission parce que c’est aussi un truc des bookmakers pour se faire encore un peu
plus d’argent D :
C’est vrai. B :
Ils jouent sur l’ impulsivité des gens… enfin bref on en reparlera. On fera une émission sur le cash out. Moi je n’en fait jamais, je ne suis pas partisan
de ce truc là même si je fais de l’arbitrage. Bref, passons au sujet suivant P-Y :
Au coaching ! Tu nous coaches. B :
Tu vas commencer, tu vas nous dira un peu ton analyse. Je ne sais pas si on est dans les temps Pierre-Yves… P-Y :
Il nous reste 6 ou 7 minutes. B :
Ça va le faire. P-Y :
Allez on y va. Alors moi je suis débutant, je me fais plaisir
en pariant sur un match qui me concerne en tant que breton… B :
Vas-y P-Y :
Et un match dont je n’ai rien à faire parce que ce n’est pas le club que je supporte. Mais je le fais quand même, c’est à dire
Guingamp-Rennes. B :
Il ne faut pas parier sur le club que tu supportes. P-Y :
Je n’en supporte aucun des deux ! D:
Ne jamais parier avec le cœur. P-Y :
Là le cœur n’a strictement rien à voir D:
Le cœur quand tu n’aimes pas, c’est la même chose mais dans l’autre sens. B :
Pour compenser, je supporte tous les clubs bretons. P-Y :
Là on a un haut niveau de philosophie quand même B :
Allez, vas-y ! P-Y :
Bon. Moi j’étais parti sur Guingamp-Rennes. À priori, sans trop réfléchir, je me dis
que voilà un match qui ne me concerne pas, donc j’y vais. Les joueurs de Guingamp sont peut-être un
peu plus motivés – moi je prends la motivation en compte dans un derby, dans un classico,
un “biniouco” made in Breizh je me dis que Guingamp pour le coup : mega patate, méga
motivation. En face c’est Rennes, la capitale. Je prends ça dans mon interprétation, c’est
de la géopolitique. B :
Là, il y a de l’argument… ça sent du lourd P-Y :
C’est de la géopolitique du sport. B :
Tu as deux minutes pour toi parce qu’après on a deux minutes chacun. P-Y :
Qu’est-ce que je voulais dire d’autre ? En même temps, Christian Gourcuff est dans la
panade… D:
Ça sent mal pour lui s’il perd. P-Y :
Ils sont vraiment très mal classés. Donc je me dis que Guingamp va avoir un surplus
de motivation alors que Rennes est dans le doute… Et puis si le vestiaire a envie de
lâcher Gourcuff, c’est le match. Voilà vous dites merde en plus sur un derby,
allez, hop ! Donc je dis victoire de Guingamp ou match
nul. B :
Alors c’est très bien que tu fasses une analyse comme celle-là parce que c’est typiquement
ce que 90-95 % des gens doivent faire quand ils font un pari. Mais ils perdent. P-Y :
Comme quoi cette vidéo est d’utilité publique ! B :
Tu n’as aucun stat, tu ne cites aucun joueur… P-Y :
Je n”avais pas le temps, je voulais parler de Jimmy Briand qui a joué au Stade Rennais B :
En gros, il faut me convaincre de prendre un pari. Ça ne passe pas forcément mais le but est
que ça passe la majorité du temps. Là tu ne donnes aucune stat, tu ne donnes
rien. Comme je l’a dit tout à l’heure, Rennes est
allé battre Marseille 3-1. Quand tu es capable de faire cela, est-ce
que tu ne peux pas battre Guingamp ? Tu dis que Guingamp est motivé mais je te
dis que Rennes va être autant motivé forcément. P-Y :
Je me fais défoncer, j’ai l’impression de passer un sale conseil de classe là. B:
Après, c’était quoi ton pari ? P-Y :
Je ne sais même plus, tu m’as dégoûté B :
Guingamp et match nul remboursé ? D:
Non, Guingamp et nul tout court. B :
Ah double-chance ! 1 X P-Y :
Ouais ! B :
OK. P-Y :
Je ne sais pas ce que tu viens de dire mais : ouais ! B :
Tu as pris une double chance 1 X. Franchement, comme je l’ai dit tout à l’heure,
ce pari là je n’y toucherais pas. Rennes est capable d’aller faire la nique
si on peut parler ainsi à Guingamp donc… Mais c’est très bien tu aies fait cette analyse
là. Pour la prochaine fois, tu me mets des statistiques,
tu me parles de quelques joueurs, tu me dis qui est blessé, qui est suspendu… Et je
pense qu’on va avancer comme ça. Maintenant, à Damien. P-Y :
Je me suis fait tapé, je vais chialer pour la première émission ! B :
Non mais c’est très bien comme ça. Allez, à Damien D :
Moi je voulais parler de Montpellier-Nice. Je dirais Nice ou nul à une cote de 1,44. Pourquoi ? Parce que Nice s’est enfin retrouvé
en championnat. Ses derniers résultats sont : 1 défaite,
1 victoire, 1 nul et 2 victoires de suite. Donc Nice reste sur un bon cycle. Montpellier, c’est 2 défaites, 2 nuls et
1 victoire sur les 5 derniers matchs donc Je me dis que Nice à enfin démarré sa saison. La façon de jouer de Montpellier peut convenir
à Nice – ils sont assez lents en défense alors que Nice est rapide. Un penalty est vite possible et Balotelli
peut claquer un but. Je tente Nice ou Nul à 1,44 mais si vous
voulez augmenter, je mettrais Paris à 1,11 pour arriver à 1,60. Mais ça c’est si vraiment vous voulez monter
la cote parce qu’on l’a dit, on n’est pas sûr pour Paris. Sinon, j’ai aussi vu sur bwin Nice gagnant
et nul remboursé à une cote de 1,40, quelque chose comme ça. Ah non B :
ça va être plus haut D :
Ah non : 1,57. B :
Ça va être plus haut que la double-chance je pense. D :
1,57. Je l’ai noté là mais j’ai mangé la ligne. B :
Ça marche. Ça m’étonnait. Donc déjà, là il y a un peu plus d’analyse. C’est un matchs que j’avais repéré, en me
disant que Nice était pas mal en draw no bet. Lors de son dernier match, Nice mène 2-0
contre Marseille et perd 4-2 donc voilà, un match comme cela est possible. Nice, j’adore Seri et quand il est là, je
pense que c’est vraiment costaud. Pour l’instant cette saison, ils sont à 10
points au milieu du classement. Ils sont capables de faire des gros matches
comme de se vautrer. C’était ma deuxième sélection quand j’ai
fait ma liste mais je n’ai pas pris ce pari là parce que c’est un match à l’extérieur. Et je préfère privilégier quelque chose
à domicile Mais voilà il y a un peu plus de choses. Ce serait bien aussi d’avoir le nombre de
buts marqués et encaissés à domicile de la prochaine fois. Et la même chose pour l’équipe à l’extérieur. On en arrive à 7 – 8 matches, on commence
à pouvoir utiliser des stats. Ce qui n’est pas le cas quand c’est le premier
ou le deuxième match. D :
Tu m’envoies un message : “trop de stats tue les stats” et là tu me dis que je n’en mets
pas assez ! P-Y :
Ne trahis pas le off, Damien B :
Juste le nombre de buts, c’est quand même important. Combien de temps il me reste ?
Moi je suis Bordeaux-Nantes. Bordeaux à domicile, c’est 3 victoires, 0
défaites, 7 buts marqués, 2 encaissés mais c’était contre Metz, Troyes et Guingamp donc
à relativiser. Nantes à l’extérieur, c’est 3 victoires
et une défaite, 4 buts marqués, 4 buts encaissés. C’est le système de Ranieri : ça défend
et ça contre. Mais c’était contre Troyes, Montpellier et
Strasbourg qui ne sont pas des équipes du niveau de Bordeaux. J’imagine au scénario de match comme d’habitude
: Nantes va essayer de défendre et de jouer en contre. Ça peut finir par une victoire de Nantes
1-0 mais moi je prends Bordeaux en draw no bet ou match nul remboursé à une cote de
1,30 que je trouve pas mal. J’ai du mal à voir Nantes aller gagner à
Bordeaux. C’est l’équipe la plus huppée que Nantes
va rencontrer pour l’instant. Ils n’ont rencontré que des équipes un peu
en dessous à part à La Beaujoire où ils on affronté Lyon où ils ont fait match nul
et l’OM contre qui ils ont perdu. Avec de Préville qui est arrivé de Lille
et qui est un de mes joueurs préférés, je pars sur Bordeaux match nul remboursé
à une cote de 1,30. J’estime que c’est assez intéressant. Et Nantes est surcoté en ce moment. Voilà, c’est terminé, tu peux conclure P-Y :
On termine cette émission. Merci à vous messieurs ! B :
La première d’une longue série. À vous de nous dire P-Y :
Quelle est la phrase rituelle que tu voulais que je rappelle en début d’émission ? B :
Commentez la vidéo, dites-nous les choses à améliorer, si vous voulez des rubriques…
Là on a parlé de Ligue 1. Mais en même temps, l’émission dure 26 minutes
et on ne peut pas faire tous les championnats P-Y :
On a largement dépassé les 26 minutes D :
Moins de jeux de mots pourris de Pierre-Yves B :
Dites-le nous aussi. D :
Si vous en voulez moins, dites-le, parce que là c’est dur pour nous. P-Y :
S’il vous faut un dictionnaire pour comprendre ce que je raconte… B :
Allez… P-Y :
Allez, à bientôt ! B :
Merci à tous, bye-bye ! Pariez-gagnant, l’émission de sport et du
pari sportif